Slow fashion : ne mettez plus la planète à nu

 

Vous pestez que vous n’avez rien à vous mettre lorsque votre tenue préférée se trouve au linge sale. Pourtant, votre dressing déborde et vous manquez de place pour stocker vos derniers achats. Et si vous passiez à la slow fashion pour reprendre goût aux textiles plutôt que de les consommer de façon déraisonnée ? Bertyne vous guide vers une mode plus durable.

Qu’est-ce que la slow fashion ?

La slow fashion, ou slow wear, surfe sur la philosophie du Slow Movement que l’on retrouve dans d’autres domaines, tels que la slow food, le slow travel ou encore les slow cosmetics. Cette vision prône le ralentissement de votre rythme de vie et l’appréciation de la vraie saveur des choses.

Totalement opposé à la fast fashion, ce concept préconise une confection respectueuse de l’environnement, des animaux, des personnes et des ressources. En adoptant le slow wear, vous ne réfutez pas les objectifs mêmes de la mode, mais plutôt ses dérives :

  • la surconsommation engendrée par les collections éphémères ;
  • les substances nocives utilisées tout au long du processus de fabrication ;
  • les habits de piètre qualité.

Les enjeux de la mode éco-responsable

Réduire le poids sur l’environnement

La banalisation de l’obsolescence programmée dans la mode a propulsé ce secteur au second rang des industries les plus polluantes au monde. Pour lutter contre l’urgence climatique et répondre aux enjeux du Développement durable, la slow fashion n’apparaît pas comme une option, c’est une nécessité.

Saviez-vous que lors de son processus de fabrication votre denim a probablement voyagé plus que vous au cours de votre vie ? L’industrie textile impacte l’environnement sur de nombreux points :

  • seul 1 % des 500 000 tonnes d’habits produits chaque année est recyclé ;
  • 4 % de l’eau potable utilisée dans le monde sert à élaborer des vêtements ;
  • des millions de microfibres plastiques partent dans l’océan à chaque lavage en machine.

Alléger la pression sur les populations et leur santé

Le magnifique manteau aperçu dans la vitrine de votre magasin préféré nécessite environ 110 kilos de matières premières. Dans la course effrénée aux prix toujours plus bas, les plantations se concentrent dans les pays les plus pauvres du globe. L’agriculture expansive se pratique au détriment des populations locales pour qui les récoltes représentent la seule source de nourriture.

 

Pour améliorer le rendement et lutter contre les nuisibles, les travailleurs pulvérisent toutes sortes de pesticides toxiques sans avoir les moyens de s’offrir les protections adéquates. Les métaux lourds présents dans ces produits appauvrissent les sols et empoisonnent les villages, provoquant de nombreux cas de cancer et d’autisme.

Se sentir bien dans ses habits

« À quoi ça sert d’avoir des vêtements, si on peut rien faire dedans ? », ce célèbre slogan ne s’applique pas qu’aux enfants ! Pour que paraître rime avec bien-être, optez pour l’achat d’habits durables et agréables à porter, comme une culotte confortable même pendant les règles.

Pour vous sentir bien dans vos baskets, mais aussi vos robes, pantalons et petits hauts, fuyez l’uniformisation prônée par certaines enseignes. Avec la slow fashion, privilégiez les étoffes de qualité et recherchez les matières les plus naturelles et équitables. Basique et intemporelle, votre garde-robe résistera au rythme infernal des collections.

 

 

Comment passer au slow wear et rester branchée ?

S’habiller avec des vêtements issus de la mode éco-responsable et éthique ne signifie pas porter des tuniques difformes dans des tissus désagréables. Bien au contraire ! Découvrez nos quatre conseils pour vous convertir à la slow fashion sans renoncer à votre look.

Combattre l’achat compulsif

Votre séance shopping du samedi après-midi représente un bonheur éphémère. Dès votre retour à la maison, vous déposez les sacs dans votre placard et les oubliez presque instantanément. Le slow wear focalise votre attention sur la qualité des vêtements plutôt que sur l’acte d’achat.

Diminuez la taille de votre dressing pour augmenter votre satisfaction. La slow fashion vous invite à porter tous vos habits et votre besoin d’en posséder toujours plus disparaît.

Décrypter les étiquettes

Si vous cherchez à connaître l’origine exacte de vos habits, vous aurez toutes les peines du monde à trouver cette information sur les étiquettes. Malgré leur longueur souvent démesurée, elles ne reflètent pas le parcours de vos vêtements autour du globe avant d’arriver dans votre garde-robe.

Tentez de limiter votre empreinte écologique et privilégiez des produits fabriqués en France ou au Portugal, qui a développé une industrie textile de qualité. Pour mieux acheter, fiez-vous également à des labels tels qu’Oeko-Tex, GOTS ou Sloweare qui promeuvent la slow fashion.

Pour découvrir ce qui se cache derrière plus de 300 marques, tournez-vous vers l’application Clear Fashion. À l’image de Yuka dans le secteur alimentaire, elle analyse plus de 150 critères d’impact selon quatre thématiques : environnement, humains, santé et animaux.

Adopter le coton bio

Véritable chouchou de l’industrie de la mode pour sa souplesse et son confort, le coton pèse sur la planète. La culture de cette petite boule blanche aux airs inoffensifs requiert l’utilisation de 20 % des pesticides mondiaux alors qu’elle ne couvre que 3 % des surfaces cultivées.

Le coton biologique et sa douceur incomparable offrent une alternative durable, bien que toujours gourmande en eau. Ses conditions de production respectent bien plus l’environnement et les populations locales que le coton conventionnel.

Pour aller plus loin dans votre démarche slow fashion, laissez-vous tenter par un pull en fibres recyclées !

Lever le pied sur la lessive

Excepté si vous souffrez de sudation extrême, ou lors d’une période de canicule, portez vos vêtements plusieurs fois avant de les laver. Chaque nettoyage en machine abîme vos textiles, mieux vaut éviter de les y soumettre trop souvent.

Privilégiez l’utilisation d’une lessive bio qui ne contient ni parfum ni perturbateurs endocriniens pour limiter les rejets de produits nocifs dans les océans et réduire les risques de démangeaisons.

Vous portez sans doute un regard neuf sur vos armoires. Avant d’effectuer votre prochain achat, réfléchissez aux caractéristiques qui font de vos vêtements vos chouchous.

 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés