Culture du Coton Bio VS Coton Traditionnel : un moindre mal ?

coton bio bertyne 1

Vous avez toujours pensé qu’un vêtement 100 % coton représentait un gage de qualité tout en étant bien plus écologique que les fibres synthétiques. Or, savez-vous que le coton traditionnel occupe près de 3 % des terres cultivées et nécessite 20 % des pesticides utilisés dans le monde ? Cette petite boule blanche semble tout de suite beaucoup plus grise… Une alternative existe, imparfaite, mais tout de même beaucoup plus écologique : le coton bio. Zoom sur une matière première plus respectueuse de l’environnement, même si la tendance fast fashion explose la demande !

Les spécificités de la culture du coton traditionnel

Un lourd bilan écologique

La culture du coton traditionnel, ou coton conventionnel, présente plusieurs caractéristiques qui alourdissent son impact environnemental.

À titre d’information, produire un kilo de coton traditionnel nécessite :

  • 19 000 litres d’eau (1 650 litres pour un kilo de blé) ;
  • 75 grammes de pesticides (8 grammes pour un kilo de tomates) ;
  • 160 grammes d’engrais (40 grammes pour un kilo de blé).

Ces ajouts entraînent un appauvrissement des sols qui requièrent alors toujours plus d’engrais.

Ces valeurs ne concernent que la filière de production de coton traditionnel.

Les traitements chimiques au chlore pour obtenir les fibres de coton puis la teinture pour colorer les vêtements prêt-à-porter alourdissent l’addition. Ces substances dangereuses nuisent à la planète, mais aussi à notre santé.

On estime que la fabrication d’un tee-shirt en coton traditionnel consomme 2 500 litres d’eau, soit environ 70 douches.

Un désastreux bilan humain

L’aspect sociétal de la production de coton traditionnel est également controversé.

Le coton nécessite un climat chaud et humide qui contribue à concentrer sa production quasi exclusivement en Asie et aux États-Unis. Les populations locales qui travaillent dans les cultures de coton traditionnel ne disposent pas de moyens financiers suffisants pour acheter les protections (masques et gants) indispensables à un contact prolongé avec des substances toxiques.

Les conditions de travail se révèlent donc particulièrement difficiles et dangereuses.

Certaines régions d’Asie situées en périphérie des plantations accusent une hausse des cancers dans la population. Les produits chimiques utilisés ruissellent dans les sols jusqu’aux rivières et intoxiquent les habitants.

Les avantages de la culture du coton bio

Le coton bio est produit sans additifs. Les graines sont non traitées et sans OGM. Il est produit en respectant la rotation des cultures et l’usage d’engrais naturels, ce qui contribue à garder des sols riches et fertiles qui retiennent mieux les apports hydriques.

Les mauvaises herbes qui poussent conjointement avec le coton biologique sont enlevées mécaniquement ou manuellement et celles indispensables aux insectes sont conservées.

Lors de la transformation des fibres de coton bio, seuls des agents de traitement non toxiques sont mis en œuvre. Les étapes de blanchiment et de coloration utilisent du peroxyde et des produits respectueux de l’environnement.

Le coton écologique est également produit en Asie. Quelques cultures de coton biologique se développent en France, notamment dans le Gers, afin de réduire l’impact considérable du transport et des émissions de CO2 générées. Ce département offre une pluviométrie qui convient particulièrement bien à la culture du coton écologique, même si la production reste faible.

Les conditions de travail dans les cultures de coton écologique respectent davantage les travailleurs et les producteurs.

En plus, le coton écologique est vraiment tout doux et ses fibres résisteraient mieux à l’usure, car moins dégradées par les traitements chimiques successifs.

 coton bio bertyne 2

L’exemple de la culotte en coton biologique Bertyne

La culotte menstruelle Bertyne est, bien entendu, fabriquée en coton bio certifié GOTS® et OEKO TEX® Standard 100. Elle intègre également des fibres d’eucalyptus et du tissu imperméable pour garantir l’absence de fuites.

Notre fabricant partenaire implanté au Portugal a obtenu la certification Better Cotton Initiative en s’investissant pour l’amélioration des normes dans la culture du coton.

Nous avons réussi à supprimer le transport de coton bio depuis l’Asie en utilisant uniquement des matières premières européennes.

La culotte en coton biologique Bertyne vous assure des heures de confort et une conscience plus tranquille. Vous réduisez vos déchets de salle de bain tout en diminuant la pression de l’industrie textile sur notre belle planète.

Pourquoi ne pas produire exclusivement du coton bio ?

Comme souvent, l’argent représente le principal frein à la généralisation des cultures de coton bio. Le coton écologique coûte plus cher à l’achat, car il pousse moins rapidement et dans des quantités plus restreintes à surface de production égale.

Ce constat se défend à court terme, mais qu’en est-il de l’impact financier d’un désastre écologique à long terme ? Si l’on tient compte des coûts réels liés à la protection de l’environnement et à la santé des populations, le coton biologique devient bien meilleur marché.

Il représente un placement d’avenir pour des sociétés qui souhaiteraient laisser en héritage aux générations futures une planète saine et riche à exploiter dans des conditions soutenables.

L’industrie de la mode et notamment la fast fashion vont totalement à l’encontre de cette réflexion pourtant si sensée.

Mais les perspectives restent engageantes puisqu’entre 2017 et 2018 la production de coton biologique dans le monde a augmenté de 56 % selon l’association à but non lucratif Textile Exchange. L’Inde, la Chine et le Kirghizistan ont particulièrement contribué à cette hausse, ce qui laisse présager une belle évolution dans les années à venir.

Une autre solution : le coton durable

À mi-chemin entre coton bio et coton traditionnel, le coton durable séduit de plus en plus l’industrie de la mode et représente 15 % de la production mondiale.

Cette appellation concerne :

  • le coton biologique ;
  • le coton labellisé Fairtrade ;
  • le coton recyclé certifié Global Recycled Standard (GRS) ou Recycled Claim Standard (RCS) ;
  • les cotons dont la culture est encadrée par les associations Better Cotton Initiative et Cotton Made in Africa qui ambitionnent d’améliorer les conditions de vie des travailleurs et des producteurs locaux.

Vous considérerez peut-être votre prochaine virée shopping différemment après la lecture de cet article. Vous sélectionnerez sans doute des vêtements plus respectueux de l’environnement et des populations. N’oubliez pas qu’un achat inutile, même en coton bio, impacte les ressources naturelles. Par contre, vous n’aurez jamais trop de deux ou trois culottes de règles qui vous feront passer cette période confortablement et en produisant zéro déchet !

 

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés