Règles et Troubles Digestifs : la Faute aux Hormones !

Des tiraillements vous assaillent dans le bas du ventre. Vous vous sentez lourde et fatiguée. Pas besoin de consulter votre calendrier pour savoir que vos menstruations approchent. S’il n’y avait que les saignements, passe encore, mais règles et troubles digestifs s’allient souvent pour vous mener la vie dure. Entre pudeur, souffrance et envie de comprendre les mécanismes qui s’activent dans votre corps, découvrez les responsables de votre inconfort : les hormones !

Quel lien entre règles et troubles digestifs ?

Les femmes jeunes souffrent encore plus des menstruations

80 % des femmes sont concernées par le syndrome prémenstruel.

Les adolescentes souffrent dans une plus grande proportion avec une dysménorrhée primaire parfois sévère, pouvant aller jusqu’à l’alitement pendant plusieurs heures le temps que les douleurs menstruelles s’estompent.

À l’âge adulte, seuls 25 % des femmes subissent des désagréments prononcés pendant les règles.

Règles et troubles digestifs font partie de votre vie de femme. Essayons de comprendre comment vivre avec.

Un corps qui fonctionne et qui fait subir le martyre

La dysménorrhée primaire n’est pas une pathologie ! Ces douleurs naturelles, sans trouble gynécologique, sont ressenties pendant vos règles.

Entre saignements, douleurs abdominales, crampes, flatulences, nausées, constipation, diarrhée, sans parler des sautes d’humeur, pourquoi souffrez-vous parfois autant ? Les hormones qui assurent la réalisation de votre cycle ovarien sont en cause.

Progestérone et constipation pendant les règles

Votre taux de progestérone augmente avant l’arrivée de vos règles et explique ballonnements et épisodes de constipation.

À cela s’ajoute une modification de la flore intestinale qui favorise les flatulences.

Prostaglandines et contractions intestinales menstruelles

Les prostaglandines entrent en jeu au début des règles pour favoriser la contraction de l’utérus et par suite l’expulsion de la muqueuse utérine.

Elles se dispersent en dehors de l’utérus et sont véhiculées dans le sang jusqu’à l’intestin. Ce dernier se contracte aussi.

Votre utérus et vos intestins sont fortement stimulés, ce qui accentue l’abondance des pertes de sang, mais également les épisodes de diarrhée.

Comment équilibrer sa digestion pendant les menstruations ?

Vous l’aurez compris, règles et troubles digestifs sont associés la plupart du temps de façon totalement normale, voire logique.

Plusieurs remèdes existent pour équilibrer votre digestion, votre humeur et votre ressenti vis-à-vis de la douleur pendant les règles.

Des remèdes fréquents dont les résultats sont peu concluants

La Revue Médicale Suisse a publié en 2014 une étude mettant en évidence différents traitements pour diminuer l’inconfort de dysménorrhée :

  • ibuprofène et paracétamol ;
  • contraception hormonale ;
  • bouillotte et bain chaud ;
  • alitement et repos ;
  • activité physique, y compris le sexe qui permet de libérer des hormones du bien-être ;
  • infusions de camomille, de persil frais ou de thym ;
  • alimentation saine ;
  • huiles essentielles ;
  • oméga-3 et vitamines ;

Les conclusions de l’étude montrent que ce ne sont pas les remèdes les plus fréquemment consommés qui donnent les meilleurs résultats.

En outre, certains traitements médicamenteux tels que la prise d’ibuprofène peuvent accentuer les phénomènes de nausées ou de diarrhées, de même pour une consommation excessive d’aliments diurétiques. Un véritable cercle vicieux et un appel au bon sens !

Des traitements naturels et un état d’esprit apaisé

Comment faire pour bien faire ? Aucun remède n’est miraculeux. Toutes uniques, nos cycles le sont également d’un mois sur l’autre.

Ces traitements sont à tester au cas par cas et selon l’intensité des douleurs. Ils ne doivent jamais être considérés comme des remèdes automatiques. La prise d’un contraceptif hormonal doit en revanche être régulière.

Règles et troubles digestifs doivent vous pousser à chouchouter votre corps pendant quelques jours. Détendue, vous supporterez mieux la douleur. N’avez-vous pas remarqué que vos symptômes s’intensifient quand vous vous énervez ? Calmez-vous. Reposez-vous et… prenez votre mal en patience.

Quand faut-il s’alerter face à des symptômes menstruels douloureux ?

La plupart de vos troubles mensuels commencent quelques jours avant vos règles et se terminent juste après. Entre temps, rien à signaler.

Inquiétez-vous quand règles et troubles digestifs peuvent venir d’une dysménorrhée secondaire, liée à un trouble gynécologique comme l’endométriose.

Des tissus comparables à ceux de la cavité utérine prolifèrent dans l’abdomen lors d’une endométriose. Ils réagissent comme la cavité utérine au moment des règles, sauf que les tissus dégradés n’ont aucun moyen d’être expulsés. L’inflammation de l’organisme commence. Des douleurs importantes peuvent l’accompagner.

Ces troubles gynécologiques ne sont malheureusement pas toujours liés à des douleurs dans un premier temps et sont parfois diagnostiqués par hasard lors d’examens gynécologiques de contrôle.

A contrario, une endométriose légère peut s’accompagner de forts symptômes. Là encore, aucune vérité.

En cas de doute, si les désagréments que vous ressentez vous semblent disproportionnés ou s’ils s’intensifient brutalement après des années de règles non douloureuses, contactez votre gynécologue qui réalisera les analyses qui s’imposent. N’hésitez pas à lui confier en détails vos craintes. Son travail consiste aussi à vous rassurer.

Pourquoi les troubles digestifs menstruels passent-ils sous silence ?

Pourquoi n’avez-vous jamais demandé à votre gynécologue le lien entre règles et troubles digestifs ?

Pourquoi n’osez-vous pas aborder le sujet avec votre mère ou votre meilleure amie ?

Pourquoi usez-vous de maintes ruses pour vous éloigner de votre conjoint quelques jours par mois ?

La réponse est simple : par pudeur et aussi un peu parfois par honte.

Difficile de parler de diarrhées, de crampes et de flatulences, quand on craint déjà à chaque passage aux toilettes de laisser trainer une culotte de règle ou de mal cacher au fond d’une poubelle une protection hygiénique souillée.

N’ayez pas honte, même si ces sujets sont encore tabous.

La nature vous a offert un corps qui fonctionne parfaitement bien, même s’il vous met parfois dans de mauvaises postures et ne vous rend pas toujours très glamour. La chance de procréer vous est donnée chaque mois et rien que cette certitude doit vous faire rayonner !

Vous comprenez maintenant l’origine des troubles menstruels qui affectent la plupart des femmes. La relaxation et la détente vous aideront à diminuer ces désagréments. Installez-vous confortablement dans votre canapé, bouquinez, privilégiez les activités qui vous font du bien et remettez à plus tard ce qui vous stresse et accentue vos symptômes menstruels. Règles et troubles digestifs vous feront rapidement moins souffrir.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés