Les pertes blanches, c’est quoi ce truc et à quoi ça sert ?

En plus de vos saignements mensuels, vous pestez contre un autre type d’écoulement qui souille régulièrement votre lingerie : les pertes blanches. Vous avez du mal à comprendre à quoi elles servent ni quand et pourquoi elles surviennent. Certaines femmes en ont très peu, quand d’autres ont l’impression d’en perdre sans arrêt. L’inconfort qu’elles provoquent en mouillant vos sous-vêtements vous inquiète et vous gène, vous obligeant à protéger quasi quotidiennement votre culotte. Bertyne fait le point avec vous sur l’intérêt des pertes vaginales et vous indique quand rester vigilante par rapport à leur aspect.

Comment reconnaître des pertes blanches ?

Blanchâtres ou transparentes, les pertes blanches, également nommées leucorrhées, sont des sécrétions vaginales et utérines normales qui surviennent de la puberté à la ménopause. Elles sont signe de la bonne santé de vos organes génitaux et d’une flore intime équilibrée. Elles ne doivent pas vous inquiéter.

La quantité perdue dépend des femmes et de la période du mois. Elles sont plus abondantes à l’approche du 14e jour du cycle hormonal et les femmes enceintes constatent des pertes blanches vraiment conséquentes. Leur texture varie, mais ces sécrétions restent généralement gluantes quand aucun problème n’est à signaler.

Selon leur aspect, elles vous assurent que votre vagin et votre utérus fonctionnent bien, tandis que certains signes doivent vous alerter sur une éventuelle contamination bactérienne.

À quoi servent les leucorrhées ?

Les leucorrhées assurent deux fonctions essentielles pour le vagin :

  • Elles l’humidifient en jouant le rôle de lubrifiant naturel. C’est notamment grâce aux sécrétions blanches que le rapport sexuel est rendu possible en facilitant l’entrée du pénis. Elles aident également les spermatozoïdes à atteindre le col de l’utérus en servant de fluide porteur
  • Elles gardent le vagin propre et le préservent des bactéries. Comme toutes les surfaces de votre corps, les parois de votre vagin se renouvellent. Les pertes blanches permettent l’élimination des cellules mortes et entraînent en même temps les éventuelles bactéries qui seraient venues s’y loger

Attention à ne pas confondre la glaire cervicale avec les pertes blanches. C’est grâce à la glaire cervicale que les pertes blanches peuvent s’écouler, mais ce sont bien deux substances différentes.

Les pertes blanches se composent donc de la glaire cervicale, de cellules mortes, de germes et de bactéries généralement inoffensives. Contre toute attente, une analyse en laboratoire mettra en évidence de l’eau venant de la transpiration et de la cyprine en cas d’excitation sexuelle ! Encore un signe de bonne santé !

 

Comment les pertes blanches donnent-elles des informations sur l’étape du cycle menstruel ?

Certaines femmes constatent la perte de sécrétions vaginales quotidiennes. Dans ce cas, leur quantité et leur aspect sont des paramètres relativement connus selon la période du mois.

Que vous soyez réglée depuis quelques mois ou depuis plus de dix ans, si vos pertes sont rares, aléatoires, voire inexistantes, vous peinerez à trouver une corrélation entre ces sécrétions et l’arrivée de vos prochaines règles. Voici quelques pistes pour y parvenir.

Pendant la période de fécondité

Vous pouvez concevoir un enfant pendant trois à quatre jours par mois, c’est la période de fécondité. C’est un intervalle de temps très précis, car il commence 4 jours avant l’ovulation et se termine 24 h après l’émission de l’ovule.

À ce moment, vos pertes vaginales sont très claires, abondantes, transparentes et comparables à du blanc d’œuf. Il se peut que vous vous retrouviez régulièrement avec vos sous-vêtements humides ou que vous portiez pendant quelques jours un protège-slip.

Cette information peut vous aider à identifier votre période de fécondité, notamment si vous essayez de concevoir un enfant. Ne vous fiez pas à vos pertes vaginales pour éviter d’utiliser un moyen de contraception, le risque est trop grand et vous n’êtes pas à l’abri d’une grossesse !

Juste avant le début des règles

Un signe qui ne trompe généralement pas : vos pertes blanches s’épaississent et deviennent plus foncées juste avant vos règles. Il se peut que certaines d’entre vous ne les remarquiez d’ailleurs qu’à ce moment.

La couleur jaunâtre qu’elles prennent n’a rien à voir avec une quelconque infection, c’est seulement les importantes variations hormonales que votre corps subit qui change la composition de vos pertes vaginales.

Pendant une grossesse

La plupart des femmes sont formelles : leurs pertes blanches sont très abondantes pendant une grossesse ! C’est totalement normal puisque ces sécrétions sont hormono-dépendantes. Enceinte, votre corps produit un taux très élevé d’hormones.

Ce constat se poursuit généralement pendant toute la grossesse, car le placenta produit également de grandes quantités d’hormones pour permettre le bon développement de l’embryon.

La texture des pertes blanches reste la même qu’en dehors d’une période de grossesse, même si l’abondance des sécrétions peut vous laisser croire qu’elles sont beaucoup plus glaireuses.

Attention ! Ne pensez pas obligatoirement qu’un changement d’aspect des sécrétions vaginales est un signe de grossesse. Seuls un test de grossesse ou une prise de sang prescrite par votre gynécologue pourront valider ou non que vous attendez un bébé.

Quand faut-il s’inquiéter au sujet de ses pertes blanches ?

À celles qui se demandent s’il est normal d’avoir des pertes blanches tous les jours, la réponse est oui.

 

Les pertes vaginales sont ainsi totalement normales, mais restez vigilante sur leur aspect. Des pertes blanches trop abondantes, odorantes, d’une texture différente de vos pertes habituelles ou encore d’une couleur plus marquée, doivent vous alerter sur un éventuel problème de santé.

Les pertes blanches anormales à analyser de plus près

N’ayez crainte, la plupart du temps la modification de leur aspect est due à une cause naturelle, comme une variation hormonale.

Toutefois, si vous ressentez des démangeaisons ou des brûlures, consultez sans attendre votre gynécologue. Le problème ne viendra peut-être même pas des pertes blanches, mais il sera traité et vous serez rassurée.

Dans quels cas faut-il commencer à s’inquiéter :

  • Vos pertes blanches prennent une teinte jaunâtre et des brûlures surviennent. C’est le signe typique d’une infection. Consultez rapidement ! Votre gynécologue vous prescrira sans doute un antibiotique après avoir effectué des analyses et le problème sera résolu en quelques jours
  • Si vos pertes deviennent blanches, comme le lait caillé, ou granuleuses, vous souffrez peut-être d’une mycose ou d’une vaginite. Des démangeaisons peuvent y être associées
  • Des pertes vaginales très odorantes pouvant prendre une teinte verdâtre témoignent d’un déséquilibre de la flore vaginale, appelé vaginose, ou d’une infection sexuellement transmissible

Dans tous ces cas, il est bon de consulter rapidement et de ne pas avoir de rapports sexuels afin de préserver votre partenaire.

Les mesures d’hygiène indispensables pour préserver sa flore vaginale

Vous veillerez à adopter une hygiène de vie irréprochable pour ne pas aggraver vos symptômes, sans faire toutefois d’excès.

Une toilette quotidienne suffit avec un savon intime au pH neutre. Les douches vaginales sont déconseillées, car elles détruisent les bonnes bactéries qui peuplent votre vagin et le préservent des infections.

Les sous-vêtements en coton bio respectent tout en douceur votre flore intime et évitent les infections. Nos culottes de règles en coton bio préservent votre santé et présentent un impact réduit sur l’environnement. Elles se portent pendant vos menstruations, mais vous pouvez tout aussi bien les utiliser à d’autres périodes du mois pour absorber vos sécrétions vaginales et garder une lingerie sèche en toute circonstance.

Pendant vos règles, pensez à remplacer régulièrement votre protection hygiénique et notamment les tampons et coupes qui peuvent entraîner un syndrome du choc toxique en cas de port prolongé.

Discutez avec votre gynécologue en cas de doute vous rassurera. Il se peut également que votre contraception ne soit pas adaptée ou mal dosée et déséquilibre la flore vaginale. Confiez-vous à un spécialiste qui sera le plus à même de vous répondre.

Pourquoi les pertes blanches complexent — à tort — les femmes ?

Vous connaissez sans doute des dizaines d’anecdotes et de mythes autour des règles, mais la problématique reste la même avec les pertes blanches.

De nombreuses femmes avouent avoir honte de souiller ainsi leurs sous-vêtements à n’importe quel moment du mois et sans pouvoir prévenir l’arrivée de ces écoulements désagréables.

Heureusement, les sujets en lien avec la féminité évoluent. La mise à disposition de protections hygiéniques gratuites dans les écoles et le mouvement body positive qui prône l’acceptation de soi viennent secouer les mentalités et ouvrent le débat sur plusieurs thématiques.

Le sujet des pertes blanches demeure moins abordé que les autres. Il est entouré de cette idée fausse que les sécrétions vaginales pourraient correspondre à des fuites urinaires, pire à de l’incontinence, alors qu’il n’en est rien !

La désinformation, notamment auprès des jeunes filles tout juste réglées, est grande et les gynécologues en parlent rarement. Dans le doute, la plupart des femmes ne disent rien et cela entretient la gêne autour d’un sujet très naturel et qui témoigne surtout d’une excellente santé !

Pour aider les nouvelles générations à comprendre leur corps et à le juger moins sévèrement, abordez le thème des pertes blanches avec votre adolescente en même temps que vous lui parlerez de ses premières règles. Elle sera sans doute gênée, mais vous lui permettrez de développer une image d’elle-même bienveillante pour le futur.

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés